ILFI, Table

Gilbert Simondon, L'Individuation à la lumière des notions de forme et d'information, Millon, Grenoble, 2017, 576 pages
Préface de Jacques Garelli
(1ère édition complète 2005, Millon; 1ère édition partielle, Collection Épiméthée, Puf, 1964)

TABLE

Avertissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Introduction à la problématique de Gilbert Simondon, par Jacques Garelli ... 9

----------------------------------------

L’INDIVIDUATION À LA LUMIÈRE DES NOTIONS DE FORME ET D’INFORMATION

-----

INTRODUCTION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

-----

PREMIÈRE PARTIE - L'INDIVIDUATION PHYSIQUE

-----

Chapitre premier : FORME ET MATIÈRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . 39

I.–FONDEMENTS DU SCHÈME HYLÉMORPHIQUE. TECHNOLOGIE DE LA PRISE DE FORME. . 39
1. Les conditions de l’individuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
2. Validité du schème hylémorphique ; la zone obscure du schème hylémorphique ; généralisation de la notion de prise de forme ; modelage, moulage, modulation . . . . . . . . . . 45
3. Limites du schème hylémorphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

II.–SIGNIFICATION DE LA PRISE DE FORME TECHNIQUE. . . . . .. . 52
1. Conditions physiques de la prise de forme technique . . . . . . . . . . . . . . 52
2. Formes physiques implicites et qualités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3. L’ambivalence hylémorphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

III.–LES DEUX ASPECTS DE L’INDIVIDUATION. . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1. Réalité et relativité du fondement de l’individuation . . . . . . . . . . . . . . . 60
2. Le fondement énergétique de l’individuation : individu et milieu . . . . . . 63

Chapitre II : FORME ET ÉNERGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . 67

I.–ÉNERGIE POTENTIELLE ET STRUCTURES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
1. Énergie potentielle et réalité du système ; équivalence des
énergies potentielles ; dissymétrie et échanges énergétiques . . . . . . . . 67
2. Ordres différents d’énergie potentielle ; notions de changements
de phase, d’équilibre stable et d’équilibre métastable d’un état ; théorie
de Tamman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

II.– INDIVIDUATION ET ÉTATS DE SYSTÈME. . . . . . 77
1. Individuation et formes allotropiques cristallines ; être et relation . . . . . 77
2. L’individuation comme genèse des formes cristallines à partir d’un
état amorphe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3. Conséquences épistémologiques : réalité de la relation
et notion de substance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Chapitre III : FORME ET SUBSTANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

I.– CONTINU ET DISCONTINU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
1. Rôle fonctionnel de la discontinuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
2. L’antinomie du continu et du discontinu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
3. La méthode analogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

II.–PARTICULE ET ÉNERGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
1. Substantialisme et énergétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
2. Le processus déductif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
3. Le processus inductif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

III.– L’INDIVIDU NON SUBSTANTIEL. INFORMATION ET COMPATIBILITÉ . . . . . . . . 123
1. Conception relativiste et notion d’individuation physique . . . . . . . . . . 123
2. La théorie quantique ; notion d’opération physique élémentaire intégrant
les aspects complémentaires de continu et de discontinu . . . . . . . . . 130
3. La théorie de la double solution en mécanique ondulatoire . . . . . . . . 141
4. Topologie, chronologie et ordre de grandeur
de l’individuation physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

-----

DEUXIÈME PARTIE - L'INDIVIDUATION DES ÊTRES VIVANTS

-----

Chapitre premier: INFORMATION ET ONTOGÉNÈSE : L’INDIVIDUATION VITALE. . 157

I.– PRINCIPES POUR UNE ÉTUDE DE L’INDIVIDUATION DU VIVANT . . . . . . . . .. . 157
1. Individuation vitale et information ; les niveaux d’organisation ;
activité vitale et activité psychique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
2. Les niveaux successifs d’individuation :
vital, psychique, transindividuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

II.–FORME SPÉCIFIQUE ET SUBSTANCE VIVANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
1. Insuffisance de la notion de forme spécifique : notion d’individu
pur ; caractère non univoque de la notion d’individu . . . . . . . . . . . . . . 167
2. L’individu comme polarité ; fonctions de genèse interne et de genèse
externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
3. Individuation et reproduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
4. Indifférenciation et dédifférenciation comme conditions de l’individuation
reproductrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182

III.– INFORMATION ET INDIVIDUATION VITALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
1. Individuation et régimes d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
2. Régimes d’information et rapports entre individus . . . . . . . . . . . . . . . 195
3. Individuation, information, et structure de l’individu . . . . . . . . . . . . . 200
IV.– information et ontogénèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
1. Notion d’une problématique ontogénétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
2. Individuation et adaptation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
3. Limites de l’individuation du vivant.
Caractère central de l’être. Nature du collectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
4. De l’information à la signification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219
5. Topologie et ontogénèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 223

Chapitre II : L’INDIVIDUATION PSYCHIQUE ................. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229

I. – L’INDIVIDUATION DES UNITÉS PERCEPTIVES ET LA SIGNIFICATION. . . . . . 229
1. Ségrégation des unités perceptives ; théorie génétique et théorie
de la saisie holistique ; le déterminisme de la bonne forme . . . . . . . . . 229
2. Tension psychique et degré de métastabilité. Bonne forme et forme
géométrique ; les différents types d’équilibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
3. Relation entre la ségrégation des unités perceptives et les autres types
d’individuation. Métastabilité et théorie de l’information en technologie
et en psychologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
4. Introduction de la notion de variation quantique dans la représentation
de l’individuation psychique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
5. La problématique perceptive ; quantité d’information, qualité d’information,
intensité d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236

II. – INDIVIDUATION ET AFFECTIVITÉ ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
1. Conscience et individuation ; caractère quantique de la conscience . . . . 241
2. Signification de la subconscience affective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
3. L’affectivité dans la communication et l’expression . . . . . . . . . . . . . . . 243
4. Le transindividuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
5. L’angoisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
6. La problématique affective : affection et émotion . . . . . . . . . . . . . . . . . 251

III. – PROBLÉMATIQUE DE L’ONTOGÉNÈSE ET INDIVIDUATION PSYCHIQUE . . . . . . 256
1. La signification comme critère d’individuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
2. La relation au milieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
3. Individuation, individualisation et personnalisation. Le bisubstantialisme. . . . . . 260
4. Insuffisance de la notion d’adaptation pour expliquer l’individuation psychique . .. . 266
5. Problématique de la réflexivité dans l’individuation . . . . . . . . . . . . . . 269
6. Nécessité de l’ontogénèse psychique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278

Chapitre III. LES FONDEMENTS DU TRANSINDIVIDUEL ET L’INDIVIDUATION COLLECTIVE 285

I. – L’INDIVIDUEL ET LE SOCIAL, L’INDIVIDUATION DE GROUPE . . . . . . . . . . . . . 285
1. Temps social et temps individuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285
2. Groupes d’intériorité et groupes d’extériorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286
3. La réalité sociale comme système de relations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
4. Insuffisance de la notion d’essence de l’homme et de l’anthropologie . . . . . 288
5. Notion d’individu de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
6. Rôle de la croyance dans l’individu de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 291
7. Individuation de groupe et individuation vitale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
8. Réalité préindividuelle et réalité spirituelle : les phases de l’être . . . . 296

II. – LE COLLECTIF COMME CONDITION DE SIGNIFICATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
1. Subjectivité et signification ; caractère transindividuel de la signification. . . . . 298
2. Sujet et individu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
3. L’empirique et le transcendantal. Ontologie précritique et ontogénèse.
Le collectif comme signification surmontant une disparation . . . . . . . 302
4. La zone opérationnelle centrale du transindividuel ; théorie de
l’émotion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303

-----

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307

Répertoire bibliographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327

---------------------------------------

COMPLÉMENTS

--------------------------------------

NOTE COMPLÉMENTAIRE SUR LES CONSÉQUENCES DE LA NOTION D’INDIVIDUATION. 331

HISTOIRE DE LA NOTION D’INDIVIDU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357

--------------------------------------

SUPPLÉMENTS

--------------------------------------

ANALYSE DES CRITÈRES DE L'INDIVIDUALITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 523

ALLAGMATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 529

FORME, INFORMATION ET POTENTIELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 537